Filtrez les articles par catégorie

5 phrases à bannir de tout projet d’application mobile

Stop - Phrases à ne pas dire

1. « Il faudrait JUSTE réaliser ce point »

“Juste” semble être un mot anodin et pourtant… Trop souvent entendu dans la bouche d’un chef de projet, d’un commercial ou d’un client, cette phrase peut rendre fou n’importe quel développeur.

Le problème : le développeur aura l’impression que vous minimisez le travail à fournir pour le développement de cette fonctionnalité.

Notre conseil : bannissez simplement le mot “juste” de votre vocabulaire, ce qui donnera “Il reste ça à faire” plutôt que “Il reste JUSTE ça à faire”

2. « Il faut que l’on ajoute cette dernière fonctionnalité »

Il y aura toujours une dernière fonctionnalité à ajouter. Quand il y en a une, en général ça va, le problème c’est quand il y en a beaucoup !

Le problème : ajouter des fonctionnalités retarde d’autant la sortie de l’application. Le risque est même de ne jamais voir sortir votre application.

Notre conseil : listez toutes les nouvelles fonctionnalités auxquelles vous pensez, mais gardez les simplement pour la version 2. Si cette fonctionnalité n’était pas dans votre cahier des charges initial, c’est qu’elle n’a rien à faire dans votre MVP (Minimum Value Product). Privilégiez une première publication rapide et qualitative.

3. « Ce n’est pas réalisable »

On a parfois de quoi être déboussolé : d’un côté, on vous dit que rien n’est impossible techniquement (ou presque) et de l’autre, votre développeur vous dit que ce n’est pas faisable. Rassurez-vous personne ne vous ment, simplement, la vérité est ailleurs !

Le problème : il y a un décalage entre ce qui est demandé, ce qui est compris, et ce qui est répondu. En réalité, ce n’est pas réalisable dans le contexte projet actuel, qui comprend un budget et des deadlines.

Notre conseil : il est parfois utile (voire indispensable) d’utiliser un traducteur entre l’équipe technique et le porteur de projet. Cette carte joker se nomme “chef de projet “ou “chargé de clientèle”. Il trouvera avec vous le meilleur compromis entre planning, fonctionnalités et budget.

4. « Pas besoin de tests utilisateurs, je connais déjà mes clients »

Après des années d’expérience dans un secteur ou une entreprise, on connaît très bien son sujet. Pourtant, on a toujours des choses à apprendre – beaucoup de choses – de ses utilisateurs que l’on soit expert mobile, ergonome, consultant ou chef d’entreprise.

Le problème : pré-supposer, c’est souvent se tromper ! Quoi de pire que de développer une application qui ne serait pas utilisée par vos clients ?

Notre conseil : faites des tests utilisateurs pour répondre aux besoins de vos utilisateurs, même à petit échelle. 5 tests utilisateurs de 30 minutes permettront de détecter 80% des problèmes (Etudes Nielsen).

5. « L’application doit être sur les stores dans 5 jours, on lance la com’ nationale »

Il est vrai que les projets informatiques subissent le même sort que la construction d’une maison. Globalement, il y a toujours du retard ! Pour autant, la priorité doit toujours rester l’utilisateur et sa future expérience, désolé pour le service communication.

Le problème : cela annonce sans nul doute des développeurs pressés, une phase de recette expédiée, une application buguée et des avis clients désastreux. Bref, un lancement raté !

Notre conseil : mieux vaut ne pas prévoir un plan de communication dès la mise en ligne de l’application. En prévoyant une phase de pré-lancement, vous pourrez pallier au problème de retard, régler des bugs, et même faire tester à vos ambassadeurs en exclusivité.

Continue Reading ·

Combien coûte une application comme Uber ?

Application Uber : prix de conception

On nous demande régulièrement combien coûte une application mobile. Il est toujours difficile de répondre, voire impossible, sans un document d’expression des besoins ou un cahier des charges. Mais, lorsque l’on a une idée assez précise du projet, dans ce cas là, on peut passer à l’estimation. Quoi de mieux que de prendre l’exemple d’une application comme Uber, qui a déjà inspiré plus d’un porteur de projet.

La réalisation d’une application, ça consiste en quoi ?

Chaque projet est unique ! Pour certaines start-ups notre rôle consiste à prendre en charge le travail de CTO, dans d’autres cas, il s’agit d’apporter notre savoir-faire sur une compétence isolée : l’ergonomie, un ou plusieurs langage(s) de développement…

Pour cette estimation, nous avons imaginé apporter les compétences les plus demandées :

  • L’expertise, le conseil et l’architecture logicielle,
  • L’ergonomie et le design,
  • Les développements natifs iOS et Android,
  • Le développement du serveur et back-office d’administration,
  • Le déploiement et la soumission sur les stores.

Estimation du coût de l’application

Le coût d’une application s’explique notamment par le nombre et la complexité  des écrans, des points d’API et des fonctionnalités à développer. Une application telle que Uber comprend en particulier :

  • Une cartographie avec guidage GPS,
  • Un système de paiement adapté mobile,
  • Un sytème de messagerie,
  • La gestion de comptes utilisateurs (clients et chauffeurs).

Bien que l’application Uber ne présente pas de complexité majeure, son coût est quasiment doublé par la nécessité de créer 2 applications : l’une pour le vendeur/chauffeur, l’autre pour le client. Par cette spécificité, la conception d’une application telle que Uber est assez semblable à celle d’une application Market Place, type Airbnb.

Prix réalisation application type Uber (iOS et Android)

Attention, n’oubliez pas qu’il s’agit d’une estimation et qu’elle ne peut pas remplacer un devis à partir d’un cahier des charges.

Pour mieux comprendre les coûts de création d‘une application mobile ou pour trouver un estimatif plus générique, retrouvez notre estimation de prix d’une application mobile.

Si votre projet a déjà passé le cap de la fourchette budgétaire et que vous souhaitez un devis précis, contactez-nous !

Continue Reading ·

Comment créer un compte Apple Developer ?

Compte developer iOS

Pour soumettre une application sur l’App Store, la première étape et de créer un compte Apple developper. La procédure est assez similaire de la création de compte Android Developper, mais diffère quelque peu, on vous donne la marche à suivre !

À savoir : Il est recommandé de procéder aux étapes suivantes sur un ordinateur Apple, avec le navigateur web Safari.

Étape 1 : rassembler les informations et documents nécessaires

Apple vous demandera un certain nombre d’informations. Pour vous éviter d’être bloqué·e en cours de procédure, notamment par des éléments qui peuvent être longs à récupérer, comme le DUNS, nous vous conseillons de procéder d’abord au regroupement des infos suivantes.

Les informations de la structure

Lors de la création du compte iOS Developer, plusieurs informations sont demandées avant d’accéder au paiement :

  • Type de Structure : entreprise ou organisation gouvernementale
  • Nom du compte : raison sociale de l’entreprise, telle que présente sur les documents fiscaux
  • Site web
  • Numéro DUNS de l’entreprise (voir le paragraphe suivant)
  • Adresse email de contact liée au nom de domaine de l’entreprise
  • Numéro de téléphone

En plus de ces informations, la plupart du temps, Apple contacte ensuite la structure (par téléphone ou email) et demande notamment une copie du Kbis.

Le DUNS

Le DUNS est un numéro à 9 chiffres identifiant mondialement une entreprise dans l’annuaire de Dun & Bradstreet (D&B). Un service gratuit d’Apple permet de récupérer son DUNS s’il existe, ou bien de demander à D&B d’en créer un, sur developer.apple.com (un Apple ID est nécessaire). La demande d’un DUNS à D&B peut être assez longue si la société n’est pas connue de leurs services. Il peuvent demander à contacter la société pour plus d’informations.

Les représentants de D&B en France sont Altares et son site Manageo. Pour contrôler les informations connues par le groupe sur la société, une recherche sur Manageo peut être effectuée. Sur la fiche de la société, si Manageo propose de récupérer le DUNS avec un service payant, c’est que le DUNS existe déjà.

Attention, le nom de la structure devra exactement correspondre aux informations de D&B. Si le nom connu par D&B (ou Manageo) est erroné, il faut le faire modifier avant de s’inscrire.

Étape 2 : créer un compte Apple et récupérer son Apple ID

Le compte développeur iOS de la structure sera lié à un Apple ID. Un Apple ID est un compte personnel chez Apple, transversal à plusieurs de leurs services. Si on n’en dispose pas, il faut alors commencer par en créer un sur appleid.apple.com

L’idéal est d’en créer un qui soit associé au responsable légal de la structure et qui sera donc propriétaire (“owner”) du compte Developer iOS.

Informations à fournir pour créer son compte Apple

  • Nom
  • Prénom
  • Email : de préférence lié au nom de domaine de la structure. (Ex. : xxxx@mobizel.com)
  • Email de secours
  • Mot de passe : comportant au minimum une minuscule, une majuscule, un chiffre. Long de 8 caractères au minimum.
  • Date de naissance
  • Adresse postale

Ensuite, 3 questions de sécurité doivent obligatoirement être choisies. En cas de perte d’accès au compte, les réponses pourront être demandées par Apple. Il est donc indispensable de pouvoir les retrouver.

Étape 3 : créer son compte iOS Developer

Inscription

L’inscription se fait sur la page Apple Developer Programme

  1. Choisir iOS Developer Program
  2. Cliquer sur “Enroll now”
  3. Cliquer sur “Continue”
  4. Choisir “Existing Apple ID” en cliquant sur “Sign in”

Deux plans sont proposés, l’un pour les personnes individuelles, l’autre pour les personnes morales. Pour les entreprises, choisir “Company/Organization”

Connexion au compte Apple ID et responsabilité légale

Connectez-vous au compte Apple ID qui sera le propriétaire du compte Developer iOS. Deux situations :

  • A : c’est l’Apple ID du responsable de la structure. Dans ce cas, on choisit “Yes, I am the owner/founder and have the legal authority to sign and bind my company to Apple Developer Program legal agreements and contracts”.
  • B : c’est l’Apple ID d’un représentant du responsable. Dans ce cas, on choisit “Yes, I have the legal authority to sign and bind my company to Apple Developer Program legal agreements and contracts” et on remplit le formulaire en dessous.

Il faut ensuite renseigner les informations sur la personne à contacter dans la structure pour vérifier que la personne liée à l’Apple ID a bien le droit d’engager légalement la structure dans le programme de développement iOS. L’idéal est que ce soit le responsable de la structure qui soit directement en contact. Les informations demandées sont :

  • Nom
  • Prénom
  • Titre
  • Numéro de téléphone
  • Email

Il ne vous reste plus qu’à…

  • Renseignez les informations sur la structure que vous aviez récoltées auparavant
    • Type de Structure : entreprise ou organisation gouvernementale
    • Nom du compte : raison sociale de l’entreprise, telle que présente sur les documents officiels (Kbis par exemple)
    • Site web
    • Numéro DUNS de l’entreprise
    • Adresse email de contact liée au nom de domaine de l’entreprise
    • Numéro de téléphone
  • Confirmez le choix du plan (Company/Organization)
  • Procédez au paiement de 99$/an

Cette fois c’est bon, vous êtes prêt à soumettre votre application sur l’App Store !

Continue Reading ·

Comment créer un compte Android Developer ?

Compte développeur Android

Vous souhaitez soumettre un application sur le Play Store ? Dans ce cas, il est nécessaire de vous créer un compte Android Developper. Le fonctionnement est assez similaire de celui de l’App Store, où il est aussi nécéssaire de se créer un compte Apple Developer pour soumettre une application.

Compte Google

Pour publier des applications Android, il faut désigner un compte Google unique qui sera le responsable de la structure. Ce compte pourra inviter d’autres comptes à collaborer au titre de la structure.

Un compte Google est un compte personnel chez Google, transversal à plusieurs de leurs services et souvent lié à une adresse GMail. Il est possible d’associer un compte Google à une adresse email existante qui n’est pas une adresse GMail.

Si on n’en dispose pas, il faut alors commencer par créer un compte Google ici.

L’idéal est d’en créer un qui soit associé au responsable légal de la structure et qui sera donc propriétaire du compte Developer Android.

Informations à fournir pour associer son adresse email existante à un nouveau compte Google

  • Nom,
  • Prénom,
  • Cliquez sur “Je préfère utiliser mon adresse e-mail actuelle” et renseigner son adresse email
  • Mot de passe, 8 caractères minimum,
  • Date de naissance,
  • Sexe
  • Numéro de téléphone mobile
  • Pays.

Informations à fournir pour créer un nouveau compte Google

  • Nom,
  • Prénom,
  • Nom d’utilisateur, pouvant contenir des lettres minuscules, des chiffres et des points,
  • Mot de passe (8 caractères minimum),
  • Date de naissance,
  • Sexe,
  • Numéro de téléphone mobile,
  • Adresse email de secours,
  • Pays.

Paiement

Il s’effectue avec Google Wallet. Si ce service n’est associé au compte Google, il faudra ajouter une carte de crédit ainsi que l’adresse de facturation. Il s’agit d’un paiement unique de 25$.

Marche à suivre

  • Se rendre sur la page de la Google Play Console
  • Se connecter à son compte Google
  • Accepter les conditions du contrat
  • Payer les frais d’inscription
  • Renseigner les informations sur le compte développeur
    • Nom du développeur (à noter : c’est le nom qui apparaîtra comme éditeur sur la fiche Google Play des applications),
    • Adresse email,
    • Site web,
    • Numéro de téléphone (Il est à renseigner au format +33).

Et voilà, vous êtes prêt·e à soumettre votre application sur le Play Store !

Continue Reading ·

Mentions légales d’application mobile : quelles obligations ?

Applications Android et iOS - Mentions légales

Pour une application, comme pour un site web, il est nécessaire de rédiger des mentions légales. Voici un récapitulatif des informations que l’on doit retrouver pour respecter la législation française, et celles qui sont simplement conseillées.  

Les informations légales à retrouver absolument

Les mentions légales d’une application sont similaires à celles d’un site internet, c’est-à-dire :

Pour une personne morale

  • Dénomination sociale
  • Adresse du siège de l’entreprise
  • Numéro de téléphone
  • Nom du responsable de publication
  • Numéro d’immatriculation, si la société est inscrite au registre du commerce et des sociétés (RCS) ou au registre des métiers (RM).

Pour une personne physique

  • Nom et prénom
  • Domicile
  • Numéro de téléphone
  • Nom du responsable de publication

À noter : les obligations légales s’appliquent quel que soit le store, que votre application soit disponible sur un smartphone Android, un iPhone ou un Windows Phone !

Les autres informations légales

Il existe d’autres informations, obligatoires ou non, que l’on retrouve le plus souvent dans la même rubrique que les mentions légales, mais pas forcément sur la même page.

Les informations obligatoires en cas de collecte de données :

La charte de protection des données personnelles, qui répond aux obligations de la loi informatique et libertés. Selon les applications, elle se retrouve parfois sous la rubrique “Politique de confidentialité “ou simplement “Données personnelles”.

Les informations non obligatoires, mais conseillées :

  • la propriété intellectuelle,
  • les CGU (conditions générales d’utilisation),
  • les CGV (conditions générales de vente) dans le cas où l’application propose des achats in-app.

À noter : il est interdit de copier les mentions légales d’une autre application, car le texte est soumis au droit de la propriété intellectuelle. N’hésitez pas à chercher des exemples sur d’autres applications pour vous inspirer, mais bannissez le copier-coller !

Continue Reading ·

TEDx Rennes 2017 : application d’orchestre virtuel

Le TEDx est le lieu de tous les défis, cette année, le nôtre était de faire jouer 1 500 personnes pour créer un orchestre virtuel. Challenge accepté !

Appli virtual orchestra

De l’orchestre virtuel…

L’équipe de Mobizel se divise en 2 groupes : ceux qui ont la fibre musicale, et les autres… Chez Mobizel, on ne laisse personne sur le carreau, nous avons donc créé une application mobile pour permettre à TOUS de jouer au sein d’un groupe. Essai n°1 transformé : une 1ère application a vu le jour il y a 1 an, lors des 5 ans de Mobizel.

En préparant le TEDx 2017 et en échangeant avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne, nous avons vu plus grand : pourquoi se contenter d’un groupe quand on peut créer un orchestre ? Le projet Virtual Orchestra du Tedx Rennes 2017 est né !

Le principe est simple : les spectateurs ont été invités à se connecter à une interface web sur laquelle étaient proposés plusieurs boutons. Chaque bouton correspond à un des éléments de l’orchestre :

  • violon
  • alto
  • violoncelle
  • cuivres
  • clarinette
  • trompette
  • caisse claire
  • percussions
  • choeur

Chaque participant peut donc faire jouer un instrument d’un simple clic. L’enjeu est le même que pour un grand orchestre : réussir à créer de l’harmonie parmi tous les musiciens. Après avoir essayé de faire jouer 1 500 personnes, un constat : pas facile de coordonner tout le monde ! Après quelques minutes de test, les violons commencent  à s’accorder. Tout comme dans la réalité, il faut ensuite avoir un bon chef d’orchestre pour créer l’harmonie. Heureusement nous avions Catherine BOSSARD et Aurélie CRETE.

 

… à l’orchestre réel !

Il fallait confronter notre application virtuelle à la réalité. Pour cela, nous avons fait appel aux bons conseils de l’Orchestre Symphonique de Bretagne (OSB).

En plus de leurs conseils, l’OSB nous a fait découvrir les coulisses d’une répétition. Le public de TEDxRennes a donc profité d’une retransmission en direct de la répétition de Shéhérazade, commentée par le directeur de l’OSB, Marc Feldman.

Un début de partenariat, entre un orchestre réel et un orchestre virtuel, qui s’annonce prometteur !

Pour rester informé de la suite de nos aventures avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne, inscrivez-vous à notre newsletter.

Continue Reading ·

TEDx Rennes 2017 : un atelier éco-conduite

Comment nous sommes-nous retrouvés à jouer sur un circuit électrique de petites voitures lors du TEDx Rennes ? Tout, tout, tout, on vous explique tout dans cet article !

Atelier eco conduite - TEDx Rennes

Toute l’histoire commence par un partenariat, celui de WeNow et de Mobizel, s’alliant pour faire triompher l’écoconduite.

Episode 1 : la conception

WeNow propose à chaque conducteur d’adopter une conduite citoyenne à l’aide d’un boîtier à installer sur sa voiture et d’une application web et mobile, réalisée par Mobizel, pour analyser sa conduite et l’adapter. Il est également possible ensuite de compenser ses émissions de CO2 via le financement de projets écologiques.

Mais comment sensibiliser à l’écoconduite sans voiture ? C’est le défi qu’il a fallu relever. Quoi de mieux qu’un circuit miniature pour se mettre en condition d’adapter sa conduite ? Après un premier essai concluant au CES Las Vegas, le circuit est revenu dans notre capitale bretonne, pour l’édition 2017 du TEDx Rennes.

 

Episode 2 : la réalisation technique

Pour cela, ils vous faut de bons développeurs et de l’imagination ! La première étape consistait à hacker un circuit de voiture et prendre le contre-pied de son utilisation : le principe n’est plus d’aller le plus vite possible, mais le plus loin avec une jauge d’essence virtuelle. Il a donc fallu transformer nos voitures en objet connecté, intelligent et communicant grâce à un protocole Bluetooth BLE (low energy). Le pilotage se fait alors via une tablette et les résultats sont enregistrés sur une base de données locale, afin de restituer sur écran le classement, et le podium des vainqueurs.

Pour remporter la course, il est nécessaire d’adopter les bonnes attitudes de l’éco-conduite :

  • Anticiper un maximum les obstacles sur la route, matérialisés par des zones de travaux, afin de pouvoir adapter sa conduite.
  • Eviter les changements brutaux de vitesse : accélération ou freinage.

 

Quels résultats pour cette sensibilisation à l’éco conduite ?

Comme dans la vie, il n’est pas facile d’aller à l’encontre de ses habitudes et surtout de ses “instincts de conduite primitifs”. Cette simulation d’éco-conduite, par le biais d’un serious game, a permis aux utilisateurs de relever le même défi que dans la vie réelle. Les mauvaises habitudes reviennent vite au galop ; seule une vraie volonté peut permettre de devenir enfin écoconducteur !

Les chiffres de notre application de sensibilisation à l’écoconduite :

  • 121 joueurs, pour un total de 120 km parcourus
  • Une distance moyenne de 0,99 km, avec la jauge d’essence donnée.
  • Une distance maximum de 2,05 km. Bravo Hassan !
  • Une distance minimum de 0,05km. Pas facile pour tout le monde de se mettre à l’écoconduite !

Comme pour toute grande course, le circuit a également été baptisé, avec du thé et par inadvertance, mais ça compte quand même, non ?!

On pense déjà à l’épisode suivant : faire évoluer le circuit grâce à un sytème Arduino ou Raspberry Pi. Nous pourrions ainsi nous approcher encore plus de la réalité et simuler du trafic sur le circuit, faire traverser un piéton ou ajouter un feu tricolore.

Vous aussi, vous souhaitez mettre en place un atelier interactif pour animer un événement ou une formation ? Contactez-nous

Mobizel est partenaire du TEDx Rennes depuis 2014. Parce que nous partageons ses valeurs, parce que nous aimons y faire des rencontres, parce que nous souhaitons contribuer au partage et à la transmission, nous serons toujours de la partie en 2018. Rendez-vous le 7 avril au Couvent des Jacobins !

Continue Reading ·

4 alternatives aux interstitiels pénalisés par Google

4 alternatives aux interstitiels pénalisés par Google

 

Google l’avait annoncé, à partir du 10 janvier 2016 les sites web mobiles utilisant des publicités interstitielles intrusives verront leur référencement pénalisés. Cette décision a été prise pour offrir aux mobinautes des contenus Mobile Friendly plus agréables et sans rupture de lecture. En revanche, elle pose problème aux médias et sociétés pour qui les interstitiels généraient de la valeur.

 

De nouveaux formats n’ont pas tardés à émerger pour proposer des alternatives aux interstitiels. En voici quatre :

  • Native advertising : l’intégration d’une publicité (ou autre) directement dans le contenu du site mobile. Cela apporte une lecture plus fluide et contextuelle, sans rupture.
  •  

  • Le format cube : il s’agit d’un cube publicitaire sur les faces duquel peuvent figurer différents contenus et call-to-action. Il peut être swipé de gauche à droite ou de bas en haut pour être parcouru.
  •  

  • In-action : c’est un format imaginé par Mobvalue qui consiste à proposer différents dispositifs différents (multi-face, countdown, etc.) avec lesquels les mobinautes peuvent interagir.
  •  

  • Le reveal : afin de ne pas perturber la lecture d’une page tout en affichant un contenu en pleine page, Mozoo a eu l’idée de proposer l’affichage d’une page publicitaire après que le contenu de la page ou de l’article ait été consommé.

 
On peut penser que d’autres alternatives vont sans doute apparaître avec le temps pour proposer de nouveaux formats publicitaires sur les sites web mobiles tout en respectant les normes imposées par Google.

Nous pouvons donc nous attendre à une publicité web mobile moins intrusive, plus interactive et intégrée aux contenus natifs, respectant ainsi le contenu que le mobinaute est venu chercher. Mais elle sera toujours bien présente, car d’après les prévisions du groupe Zénith Optimedia, les investissements alloués à la publicité sur l’Internet mobile vont augmenter de près de 80,5 milliards de dollars dans le monde, entre 2016 et 2019.

 

Sources :

 

Partagez cet article :

Continue Reading ·

Prix : combien coûte une application mobile ?

combien côute une application mobile

On nous demande souvent combien coûte une application mobile dans l’attente d’avoir un chiffre, ou du moins une fourchette. La réponse à cette question est délicate car elle dépend de beaucoup de paramètres qu’il nous faut connaître pour faire une estimation juste.

C’est équivalent à tenter de répondre à la question “Combien coûte une maison ?”. Est-ce que vous avez déjà le terrain ? Souhaitez-vous dessiner vous-même les plans ? Est-ce qu’il y a déjà une construction à démolir avant ? Combien d’étages voulez-vous ? Quelle qualité des matériaux ? etc.

Mais alors, quels sont les paramètres à prendre en compte pour estimer le budget d’une application mobile native ? Nous vous proposons d’essayer d’y voir plus clair grâce à des fourchettes budgétaires réparties par paliers.

 

1. Votre projet !

prix coût application mobile

Concevoir une application ce n’est pas seulement de la programmation. C’est tout un processus de compréhension, de conception, d’itérations, de production, de tests, de pilotage… Tout un projet technique… et humain !

Expertise et architecture logicielle

À commencer par la compréhension de votre projet, de l’enjeu de l’application dans votre stratégie ou business model. Sans forcément à avoir passer une prestation de conseil, il est important pour un développeur d’applications de situer l’interface à concevoir dans une intention et pour une ou plusieurs cibles précises.
Ensuite, il nous faut connaître vos besoins techniques et les évaluer pour en définir l’architecture logicielle : les technologies que l’on va employer, les langages de programmation, les fonctionnalités à réaliser, estimer la faisabilité technique en fonction de votre système d’information et de la qualité, performance et fluidité souhaitées, etc.

Design mobile

L’étape suivante concerne l’ergonomie : c’est faire appel à un ergonome ou un designer UX/UI qui va analyser le projet et concevoir son parcours de navigation, l’arborescence et la position de chaque élément dans l’application.
Une fois cette maquette validée, nous passons à la phase de création graphique qui commence par des itérations, une validation client et la création de tous les éléments nécessaires. Tout cela demande du temps.

Développement d’application(s) mobile(s)

Ensuite seulement commence le développement technique. Or en fonction de la complexité de votre système d’information et de l’application mobile souhaitée, le temps de programmation va être plus ou moins long.
Quelle compatibilité souhaitez-vous sur les différents OS et tailles d’écran ? Quelles fonctionnalités ? Voulez-vous une application online ou offline ? Avez-vous besoin d’un back-office pour gérer vos contenus en toute autonomie ? Quels statistiques souhaitez-vous générer ? Tout cela engendre des temps de développement et des compétences différentes ce qui impacte le tarif.

Maintenance et suivi évolutif de l’application

Une fois l’application mise en ligne, de quel degré de maintenance votre projet a-t-il besoin ? Pour éviter que vos utilisateurs ne se lassent de votre application, il est généralement conseillé de faire une mise-à-jour tous les trois mois par système d’exploitation. Cela peut donc avoir un certain poids dans la balance et surtout une récurrence annuelle ; sachant que vous pouvez gérer vous-même la maintenance de votre application ou la confier à un tiers si vous le souhaitez.
Si vous avez un budget max pour une application sur 1 à 2 ans, une petite règle de prudence ou de sagesse serait de réserver ? de votre budget pour la première version, et ? pour les mises à jour à prévoir après la V1.

 

2. Prix approximatifs d’une application mobile

estimation prix application mobile

Essayons tout de même de fixer un ordre de grandeur et d’imaginer des fourchettes de prix approximatives :

  • Pour cela nous nous basons sur une expérience mobile de 6 ans et plus de 200 estimations tarifaires réalisées ;
  • Les budgets annoncés ne correspondent qu’à la production design et technique de la partie “application mobile” et ne tiennent pas compte de toute la partie back-office (API, système d’information, etc.) ;
  • Nous parlons d’un développement natif de qualité professionnelle, respectant les bonnes pratiques du développement mobile tels que les guidelines Apple et Android par exemple (donc ni webapp, ni application mobile hybride).

Bien entendu, ces budgets sont des fourchettes arrondies à nuancer.

Découpage en quatre niveaux de complexité d’application mobile :

  • App simple : environ deux écrans, affichage d’information simple sans traitement avancé.
  • App simple + : application simple d’environ 6 pages dépendant d’un compte utilisateur (inscription, connexion, gestion d’un profil, etc.)
  • App intermédiaire : correspond à une quinzaine d’écrans, une fonctionnalité type hors-ligne ou push et comprenant des pages dynamiques nécessitant des connexions à des points d’API, des playlists de vidéos, un agenda, une liste de fiches détaillées avec des pages individuelles, éventuellement une cartographie, etc.
  • App complexe : une trentaine d’écrans et de nombreuses fonctionnalités qui vont changer selon le profil utilisateurs

Votre projet peut se situer dans cette typologie ou entre deux échelons. Dans tous les cas, plus vous envisagez d’écrans, de contenus dynamiques, de fonctionnalités (Bluetooth, GPS, push, hors-ligne, 3D, génération de PDF, etc.) et plus votre application sera longue à développer. Ce temps de développement sera donc facturé en fonction des compétences sollicitées et de l’expertise de votre prestataire.

 

Tableau estimatif approximatif

Voici notre estimation globale du coût de développement de ces quatre types d’applications mobiles natives pour deux plateformes :
poste_budgetaire prix application mobile

Ainsi en terme de fourchette de prix (cette fois, gestion de projet comprise), vous pouvez tabler sur :
fourchette prix application mobile

Libre à vous d’ajuster votre estimation en fonction du nombre de plateformes que vous souhaitez. Vous pouvez également consulter notre estimation du coût d’une application comme Uber.

 

3. Contrat de maintenance d’une application mobile

prix coût maintenance application mobile

Vous le savez, les technologies mobiles évoluent très vite. Il est donc nécessaire de maintenir à jour son application pour qu’elle garde sa performance et qu’elle soit compatibles avec les nouveaux terminaux et les règles instaurées par les entreprises Apple et Google, sachant que ces dernières en ajoutent en permanence afin d’obliger les fournisseurs d’applications mobiles à suivre les évolutions. Par exemple, Apple a dernièrement déclaré que les applications iOS non mises à jour dans les temps pour supporter les nouveaux terminaux et OS pourront être retirés de l’App Store.

De même, les utilisateurs d’applications sont exigeants et se lassent rapidement d’une app qui n’évoluent pas. Pour fidéliser et conserver vos utilisateurs, vous avez tout intérêt à enrichir votre interface en nouveaux services, contenus et fonctionnalités.

Pour cela, vous pouvez signer un contrat de maintenance de votre application. Concernat les tarifs de maintenance pouvant être pratiqués, voici notre estimation approximative :
contrat-de-maintenance  prix application mobile

 

Si vous avez une idée à peu près précise de l’application mobile que vous souhaitez, ces estimations peuvent vous permettre d’évaluer une fourchette du budget nécessaire à sa réalisation. N’hésitez pas à nous contacter pour avoir une estimation plus précise ! Nous aborderons ensemble le sujet du système d’information, des fonctionnalités envisagées, du choix des technologies les plus adaptées et de la compréhension de votre projet dans son ensemble.

 

Partagez cet article :

Continue Reading ·

Comment réutiliser du code informatique ?

reutiliser_code_informatique

Est-ce possible de réutiliser du code pour dupliquer une fonctionnalité ?

On nous demande régulièrement si nous pouvons réutiliser le code de nos précédents projets d’applications mobiles et de sites web pour aller plus vite dans le développement de certaines fonctionnalités. Globalement… la réponse est “oui”, mais c’est un peu plus compliqué que du copier/coller

Car non, il ne suffit pas de copier un morceau de code pour dupliquer une fonctionnalité d’un projet à un autre. Même à fonctionnalités similaires, deux applications mobiles auront forcément des différences : au niveau du design, de l’ergonomie, de l’architecture, des API appelées ou encore du système d’information environnant. Nous pouvons donc nous inspirer du travail qui a déjà été fait, mais une partie du code devra forcément être fait sur-mesure.

Mais il est vrai que le fait d’avoir déjà réalisé des applications, services et fonctionnalités similaires nous permet de gagner significativement en efficacité.

L’une des plus longues parties dans la réalisation d’un projet est le choix des technologies, des langages et de l’architecture qui va être construite pour apporter une solution à un problème. Cela nécessite une phase de réflexion, de recherche, de test et, après seulement, d’implémentation de la solution dans le code source du projet. Ainsi, si nous avons déjà fait cette démarche pour un projet similaire, nous serons plus efficace pour le vôtre !

C’est tout simplement une question d’expérience. Avec le temps et la pratique, nous accumulons des réflexes, des bases de données de librairies réutilisables que nous connaissons bien et nous ne reproduisons plus les erreurs que nous avons pu faire par le passé.

 

Comment réutiliser le code source d’un projet similaire ?

Souvent, nous intégrons des fonctionnalités standards à nos projets, comme par exemple un menu s’ouvrant sur la gauche d’un écran mobile et qui bascule en format paysage lorsque l’on retourne le téléphone. Si nous avons déjà développé ce menu pour un projet précédent, trois possibilités s’offrent à nous pour le reproduire dans une autre application mobile :

  • Réécrire complètement la fonctionnalité manuellement. Comme nous l’avons déjà réalisé au moins une fois, nous savons comment nous y prendre et cela ne prend pas beaucoup de temps ;
  • Récupérer le code d’un autre projet et l’adapter manuellement pour l’ajuster au projet en cours. Cela implique que le précédent code ait été soigné et commenté pour une reprise facilitée ;
  • Faire et/ou utiliser une librairie ou bibliothèque logicielle. C’est-à-dire un ensemble de fonctions utilitaires, regroupées et mises à disposition afin de pouvoir être utilisées sans avoir à les réécrire. Elle peut être open source (téléchargeable gratuitement) ou privée, c’est-à-dire développée pour une utilisation personnelle/interne.

 

Nos pratiques à Mobizel

Pour le web comme pour le mobile, il existe énormément de librairies open source disponibles sur internet. Elle sont réalisées et maintenues par des entreprises, professionnel·le·s indépendant·e·s et des passionné·e·s qui font profiter à la communauté de développeurs de leur travail et de leurs recherches. Nous les utilisons régulièrement et si besoin nous les adaptons pour qu’elles répondent parfaitement aux besoins de nos clients.

Nous trouvons la plus grande partie de nos librairies sur ces trois plateformes collaboratives de mise à disposition de librairies, bundles et composants conçus pour être adaptés facilement sans avoir à intervenir sur le code :

Ces deux plateformes ont la particularité d’adapter les librairies choisies aux résolutions d’écrans et aux versions de système d’exploitation visés.

 

Dans le cas où nous ne trouvons pas de librairie adaptée à la fonctionnalité que nous souhaitons développer, ou que nous estimons le temps de recherche plus long que de développer notre propre librairie spécifique, nous concevons nos propres outils internes.

Par exemple, nous avons développé nos propres librairies et composants. Ils sont protégés par une licence et ils contiennent tous les éléments standards que nous réutilisons dans la plupart de nos projets : menu, boutons, uniformisation automatique des polices, champs de texte, etc. Lorsque nous en avons besoin, il nous suffit de les “appeler” dans notre code.

NB : Cela n’empêche pas que nos clients sont entièrement propriétaires du code source des interfaces que nous développons pour eux. Les éléments issus de nos librairies sont protégés par une licence, ce qui leur permet de les utiliser librement dans le cadre de leur projet, commercial ou non.

 

Partagez cet article :

Continue Reading ·