Tag Archives | mobizel

MOBIZEL et 6TM lauréats de l’Orange Developer Challenge sur l’Industrie du futur

orange gardens

L’équipe Mobizel/6TM a été récompensée lors de l’Orange Developer Challenge en répondant à l’un des défis industriels proposés par EDF, Air Liquide et Orange via l’entité Orange Business Services.

L’Orange Developer Challenge est un événement invitant les entreprises, développeurs et passionnés d’innovation à relever les défis industriels d’Air Liquide, EDF et Orange. Sous le signe de “l’Industrie du Futur”, cet événement avait pour objectif de faire émerger des solutions innovantes pour les entreprises clientes et partenaires d’Orange.

Le concept : après une inscription par candidature fin octobre, un kick-off mi-novembre et plusieurs webinars de préparation, les équipes se sont retrouvées dans les locaux d’Orange Gardens à Châtillon lors d’un hackathon de deux jours les 28 et 29 novembre pour concevoir un prototype fonctionnel et innovant répondant à l’une des 16 problématiques proposées.

18 projets étaient présentés pour tenter de décrocher l’un des 6 prix mis en jeu : 3 prix dans la catégorie Expert et 3 dans la catégorie Espoir (pour tenir compte de la diversité des équipes en fonction de l’antériorité des relations entre les participants, de l’âge, de l’expérience professionnelle, etc.)

 

Un hackathon pour l’Industrie 4.0

Orange developer Business

Notre équipe était composée de Yannick et Richard de Mobizel et Christophe Sauve et Johann Rénel de 6TM présents virtuellement depuis leurs locaux.

Notre objectif était de nous challenger en équipe sur les problématiques proposées pour réaliser un projet utile qui ait véritablement du sens. Nous avons ainsi pris le temps de parcourir les technologies et ressources mises à disposition par Orange et d’échanger avec les représentants d’EDF et Air Liquide sur place pour se positionner sur un sujet correspondant à un réel besoin en tirant profit de nos compétences et nos savoirs-faire.

Au fil des échanges, nous avons fait émerger un sujet lié à la sécurité. Nous avons constaté que la gravité des accidents était liée au respect des règles de sécurité concernant les Équipements de Protection Individuelle (EPI). Ces règles sont aujourd’hui affichées sur chaque site via des panneaux. Malheureusement, il arrive que certains techniciens concentrés sur leur mission leur prêtent moins attention et ne portent pas l’équipement obligatoire.

L’équipe 6TM/Mobizel a donc planché sur la conception d’un prototype de tracking des équipements pour aider les techniciens à ne plus les oublier. Nous l’avons appelé “e-Jiminy”, la bonne conscience numérique ! Un clin d’oeil au criquet de Pinocchio, toujours présent sur l’épaule de son ami pour le préserver des dangers.

e-jiminy-application-mobile

Cette solution consiste à connecter les équipements de sécurité obligatoire pour alerter immédiatement un technicien s’il lui manque une protection en entrant dans une zone. L’objectif est simple : éviter qu’un éventuel accident ne soit aggravé par l’absence de casque ou de chaussures de sécurité par exemple.

Techniquement, e-Jiminy est une interconnexion entre une application mobile, un serveur, des balises de géolocalisation indoor, des LED connectées et la technologie DataSync d’Orange.

pitch orange developer business

Ainsi, lorsqu’un technicien entre dans une zone avec un équipement de sécurité incomplet, son gilet équipé de LED s’allume pour le prévenir immédiatement. Un coup d’oeil à son application mobile l’informe de ce qui lui manque. Une fois de retour dans la zone avec son équipement complet, les LED restent éteintes. Il peut poursuivre sa mission en toute quiétude. En parallèle, l’information est disponible en temps réel sur une plateforme d’administration à distance pour suivre le niveau de sécurité de tous les intervenants présents sur le terrain.


Orange Developer Challenge – Projet Mobizel e… par Orange

 

Deuxième prix dans la catégorie “Espoir”

Lors du pitch final, Richard s’est prêté au jeu avec une tenue de technicien tandis que Yannick présentait le projet et invitait le jury à se projeter dans une usine bretonne (et oui !).

Avec un prototype 100% conçu sur le lieu de l’événement, une démonstration réaliste et un pitch plus que dynamique, le Jury a été séduit par le projet et nous a remis le 2ème prix dans la catégorie Espoir ! Cette récompense démontre que nous avons pu, en 24 heures, faire preuve d’écoute, de remise en question, d’innovation et de créativité pour concevoir un prototype répondant à un besoin concret.

 

Témoignage et remerciements de l’équipe

Cet événement était un vrai challenge : deux jours pendant lesquels nous avons pu mettre en pratique nos compétences avec 6TM pour répondre à des besoins concrets de géants de l’industrie française. Merci à tous les organisateurs et partenaires pour cet événement bienveillant et collaboratif. (Yannick)

“Un événement intense, organisé autour de besoins concrets avec des responsables de grands groupes à l’écoute et distillant des conseils avisés.” (Richard)

“Une expérience enrichissante qui amène à sortir des sentiers battus pour proposer en 48h une solution nouvelle à une problématique industrielle actuelle” (Christophe)

“Une excellente occasion pour partager des idées et construire des prototypes sur des problématiques réelles. Merci à Orange pour cet événement convivial, technologique et pragmatique.” (Edouard)

Nous remercions Christophe, Johann et Edouard de 6TM qui se sont lancés dans l’aventure avec nous et avec lesquels nous avons passé deux jours formidables à créer et innover en équipe et également Famoco, partenaire ressource de l’événement qui nous a partagé l’événement lors de notre rencontre au Mobility For Business. Enfin, merci aux représentants d’EDF et Air Liquide présents pendant ces deux jours de hackathon et à Orange et Orange Business Services pour l’organisation de ce challenge.

Suite à cet événement, il est prévu de poursuivre la discussion autour du projet e-Jiminy avec Orange et ses partenaires dans les prochaines semaines. L’histoire est donc à poursuivre !

 

Partagez cet article :

Continue Reading ·

Notre bilan du Mobility for Business 2016

Mobility for Business 2016

Début novembre 2016, nous étions au salon Mobility for Business, invités par notre partenaire FAMOCO à représenter Mobizel à leurs côtés. Lors de ces deux jours de salon sur les solutions et applications mobiles pour les professionnels, nous avons eu l’opportunité de rencontrer de nombreux acteurs nationaux de la mobilité et de la transformation numérique et d’assister à des conférences passionnantes sur le sujet.

En effet, la question de la transformation numérique est essentielle pour une entreprise souhaitant moderniser ses outils de production, équiper ses équipes en appareils mobiles pour leur apporter confort et performance ou encore optimiser ses process. Face à ces problématiques, l’événement Mobility for Business se présente comme une véritable vitrine de la mobilité professionnelle sous toutes ses formes en réunissant plus d’une centaine de sociétés leaders dans leur domaine et près de 4000 participants.

 

Des conférences 100% mobile et 100% business

Un plateau télé, un espace conférence et des ateliers, cet événement était riche en interventions et en retour d’expériences. Je vous propose de revenir sur quatre d’entre elles qui m’ont particulièrement intéressées.

Keynote d’ouverture

keynote mobility for business
L’événement a été ouvert par une conférence de Valérie Cussac, Vice-Présidente de Business Unit Mobile d’Orange Business Services, pour parler de “La mobilité au coeur de la transformation numérique des entreprises”. Selon elle, 88% des entreprises sont actuellement en pleine transformation digitale dans un contexte où 93% des actifs souhaitent travailler en dehors de leur entreprise et où la génération Y impose de nouvelles façons de travailler et de nouveaux usages. Elle fait le constat que le mobile en entreprise a été apporté en premier lieu par les salariés en tant qu’objet personnel et dont l’usage s’est professionnalisé de plus en plus, changeant les façons de travailler.

Dans ce contexte, Orange Business Services a pour objet d’accompagner les entreprises dans le déploiement de solutions innovantes. Leur méthode est différente selon trois cibles : l’interne, les clients (pour conserver et faire évoluer la relation client) et les utilisateurs qui doivent adopter les nouvelles technologies introduites dans les process de l’entreprise. Ceci en gardant à l’esprit qu’une entreprise ne se transforme pas dans toutes ses dimensions à la fois, c’est un processus progressif à long terme pour lequel il faut d’abord penser “usage” et “utilisateur”.

 

Mobilité : moteur ou conséquence de la transformation digitale des entreprises ?

Mobility for business mobilité
Lors de cette seconde conférence, j’ai retenu entre autres l’intervention de Jean-Luc Vallejo (OBS) qui a fait remarquer que le digital bouscule le modèle de l’entreprise avec l’arrivée de nouveaux concurrents qui se sont développés dès le début avec le numérique (tels que blablacar, airbnb ou uber par exemple). Cela engendre une mise sous pression des entreprises par les clients, les employés et la concurrence qui les forcent à la transformation digitale. Cette mise sous pression est un véritable défi qui inquiète les entreprises, complète Hervé Penisson (Eulydis), car elle impose un contexte où la mobilité apporte de l’immédiateté et une grande rapidité des échanges de données et des réactions utilisateurs. Il faut donc s’adapter vite, ce qui n’est pas toujours évident pour une entreprise au système d’information lourd et aux de multiples process. Le risque ici, d’après Fabrice Sarlat (SCC), est que certaines entreprises ne se posent pas la question de l’usage et se contentent d’un simple habillage par l’équipement en terminaux et en technologies sans revoir le processus de base…

Pour un bon accompagnement dans la transformation numérique, Jean-Luc Vallejo explique qu’il distingue trois facteurs différents à prendre en compte :

  • Technologique, par le biais du terminal, des outils de management et des applications.
  • Métier, car la diversité d’équipement (personnel et professionnel) au sein d’une même équipe est telle que cela complique la gestion, la connexion et la sécurisation de cet ensemble ;
  • Sociétal, de par l’émergence de nouvelles formes de travail (collaboratif, en situation de mobilité, télé-travail, etc.).

 

Application professionnelle : solution ou développement ad hoc ?

solution ou développement ad hoc
Une troisième conférence abordait la question du choix de développement pour une application métier : solution sur l’étagère ou développement sur-mesure ? La réponse était globalement la même pour tous les interlocuteurs :

  • Cela dépend du besoin et de l’entreprise (budget, délai, fonctionnalités souhaitées, etc.). Si celui-ci est hyper spécifique, une solution sur l’étagère peut être tout à fait adaptée si peu de sur-mesure est ajouté (en effet, en modifiant un produit, on risque de perdre l’avantage de bénéficier des montées de versions dans le temps) ;
  • Et il faut regarder l’impact de la solution choisie sur l’organisation : est-elle compatible avec le système d’information et les process de l’entreprise ? Si le travail d’inter-connexion avec une solution est plus lourd qu’un développement sur-mesure, cela n’est pas forcément intéressant.
  • En d’autre termes : il n’y a pas de bonne réponse, c’est du cas par cas !

À cette question, James HAMMONS (RED HAT) a ajouté un autre élément de réponse : l’Open Source. C’est-à-dire créer des composants et des applications réutilisables et customisable, ce qui permet de gagner un temps considérable (productivité) et de réaliser à RED HAT des projets constitués de 80% de dev open-source et 20% de sur-mesure, tout en travaillant dans un état d’esprit de partage et de collaboration avec l’extérieur.

 

Android, l’OS désormais incontournable dans le monde pro ?

lionel_baraban_famoco
Enfin, la dernière conférence abordée dans ce billet était focalisée sur l’OS Android dans le développement de services professionnels. Voici en un court résumé les avantages et inconvénients qui ont émergés de cette table ronde, à laquelle Lionel Baraban, PDG de FAMOCO a participé.

Avantages d’Android :

  • C’est un OS gratuit ;
  • C’est un formidable écosystème de développement rapide et simple avec un important support Google ;
  • Il est porté par de nombreux terminaux, permettant aux entreprises de choisir le device le plus pertinent en fonction de leurs besoins (durcis, taille, performance, etc.) ;
  • C’est un OS Open Source (Licence AOSP) ;
  • 88% des smartphones vendus dans le monde sont sous Android.

Inconvénients de l’OS Android :

  • La diversité des versions est très grande ;
  • La sécurité des data est limitée.

 

Android, c’est l’OS que notre partenaire Famoco a choisi pour concevoir leurs terminaux car il répondait le mieux aux besoins de leurs clients. Lionel Baraban, a expliqué que, sous Android, leurs devices leurs permettent :

  • de contrôler finement le hardware ;
  • d’être particulièrement stable ;
  • d’avoir un éco-système Android pour les développeurs ;
  • de choisir une seule version Android et de gérer les mises à jour à distance ;
  • d’ajouter une sur-couche de personnalisation avec un niveau de sécurité suffisant. En l’occurrence, Famoco a ajouté une carte à puce permettant de stocker des clés de sécurité pour réaliser des transactions financières avec un très haut niveau de sécurité. On parle d’environnement clôt.
  • de gérer les terminaux à distance uniquement via une plateforme d’administration et ainsi d’éviter le détournement de l’appareil par les utilisateurs pour un usage personnel par exemple ;
  • de crypter et décrypter les data, VPN sécurisés, mettre en place des clés privées (par exemple pour le blockchain), etc.

 

Mobizel Famoco Mobility for Business
Pour finir sur cet événement de deux jours à Paris, nous remercions notre partenaire Famoco pour leur invitation ainsi que les organisateurs de cet événement national sur la mobilité professionnelle !

 

Partagez cet article :

Continue Reading ·

Nos métiers web et mobiles

métiers mobile web mobizel

 

Startup Assembly 2016

Cette année, le Startup Assembly a eu lieu en automne. Les 15, 16 et 17 novembre 2016, Startup Assembly et France Digitale ont invité les startups françaises à ouvrir leur porte au grand-public en organisant l’événement de leur choix. Barbecue, petit-déjeuner, conférence, atelier participatif… tous les prétextes étaient bons pour faire venir les curieux, professionnels et étudiants afin de présenter sa startup, son équipe et son activité.

Cette année, c’était la 5ème édition de Startup Assembly, dont l’objectif était de vulgariser, démystifier et favoriser l’entrepreneuriat et l’emploi dans le numérique en France. Nous y avons participé pour la 3ème année consécutive.

Le Startup Assembly est particulièrement apprécié des des étudiants et personnes en recherche d’emploi. C’est pourquoi nous avons proposé cette année d’aborder Mobizel sous l’angle Métier afin de présenter la complémentarité de notre équipe et la somme de compétences et de personnalités nécessaires pour son fonctionnement.

Nous avons été ravis d’accueillir partenaires, étudiants et curieux en réflexion sur un projet nécessitant une intervention technique. Nous avons passé un très bon moment lors ce cet apéro mobile et espérons avoir répondu à toutes leurs questions.

 

Retrouvez nos fiches métiers

Partagez cet article :

Continue Reading ·

On a fait bouillir les cerveaux au World Usability Day !

wudrennes_brainstorming_bessec

C’est quoi déjà ce World Usability Day (WUD) ?

Comme son nom l’indique si bien, le WUD est une journée mondiale dédiée à l’utilisabilité. Cette année, l’évènement se déroulait le 10 novembre peu partout dans le monde. À Rennes, c’est le réseau des e-commerçant et UX Rennes qui se sont chargés de la mise en place de cet évènement. Le principe ? 22 sites web allant de la jeune pousse comme TŸKAZ au groupe de renom comme Beaumanoir ont passé le test ultime : la prise en main par leurs utilisateurs. Ainsi, tout au long de la journée, ces utilisateurs ont pu tester plusieurs interfaces en suivant des scénarios pré-établis, ayant pour but par exemple, de faire le focus sur une fonctionnalité que l’on souhaite améliorer ou refondre. Le but étant de disséquer l’usage et ainsi de comprendre ce qui marche et surtout ce qui ne marche pas ! Habile, non ?

Cette journée de tests s’est vue clôturée par l’UX Deiz #4 de UX Rennes. Cette soirée de conférences prolongeant le thème du jour : le test utilisateur. Nicolas Le Cam dirigeant de l’Agence Lunaweb a ouvert l’évènement avec sa conférence “Comment bien définir ses utilisateurs”. Ensuite Damien Jubeau a présenté Dareboost son outil en ligne de test de performances web au service de l’expérience utilisateur. C’est enfin Margot Beaumard de Testapic qui est intervenue pour nous parler des “Leviers et process d’un test utilisateur réussi”. Des sujets dont les retranscriptions seront disponible prochainement sur le site de UX Rennes.

 

On a remué nos méninges

Les tests utilisateurs sont clairement un moyen très efficace de remonter des axes d’améliorations. Pour aller plus loin et permettre aux sites testés de repartir avec des idées concrètes d’améliorations, nous avons alors proposé de mettre en place un atelier de brainstorm (ou remue-méninge). Pour les testés, repartir de cette journée avec des problèmes mais aussi des pistes de solutions nous semblait cohérent et motivant pour la suite de leur travail. Ce sont donc 3 ateliers d’une heure environ chacun que nous avons animé. RégionsJob, Bessec Chaussures et notre client ViteInscrit présent lors de cette journée, se sont prêtés au jeu.

wudrennes_brainstorming_viteinscrit

 

Le brainstorm, une pratique simple et des effets garantis !

Mais alors, comment s’est déroulé cet atelier de brainstorm à la sauce Mobizel ?

Tout d’abord, le brainstorming a comme principal avantage d’être simple et donc facile à organiser. Il n’y a donc pas besoin de se lancer dans un tutoriel incroyable pour que chaque participant·es saisisse le bon fonctionnement de la chose. Il n’existe pas une seule bonne méthode pour faire ce genre d’atelier. Aussi, nous avons imaginé le nôtre de la façon suivante :

Le but

Il s’agit de générer un maximum de résolutions à un problème récurrent remonté lors des tests utilisateurs du WUD. On conserve celles qui font le plus sens à la fin de l’exercice.

L’état d’esprit

Nous sommes toujours plus intelligents à plusieurs il paraît ! Il s’agit d’envoyer toutes ses idées bonnes comme pré-supposées mauvaises. On débite tout ce qui nous passe par la tête, sans filtre et sans jugement sur soi-même comme envers les autres. On rebondit et construit évidemment sur les idées des autres. C’est un travail avant tout, COLLABORATIF !

Le déroulement

L’animateur expose le brief basé sur le problème à résoudre aux participant·es. À partir de cet instant, les idées fusent et viennent alimenter une pile de post-it grossissante à vue d’œil !
Après 30 minutes, de remue-méninge, l’équipe passe alors au tri des idées. Chaque personnes disposait alors de deux jetons à déposer sur les meilleures idées énumérées. Cette somme de subjectivités permet de pondérer les idées faisant le plus l’unanimité. Au testé ensuite de choisir parmis les meilleurs votes les axes d’améliorations qu’il effectuera à plus ou moins long terme. Leur budget, le temps imparti et la complexité jouent bien évidemment leurs rôles dans le choix des futurs axes de travail pour eux.

Des profils variés

Ces ateliers se sont avérés riches en termes d’échanges notamment grâce à la variété de personnes aux profils différents qui ont participé. Nous avons ainsi vu s’asseoir à notre table des commerciaux, des designers, des développeurs, des chefs de projet, des étudiants… À chaque fois, seules une à deux personnes du site testé participaient afin de ne pas trop biaiser les échanges tout en gardant une source d’éléments remontés lors des tests.

 

Mobizel s’engage dans la pratique de l’UX

Si nous avons choisi de nous joindre à cette journée, c’est avant tout pour continuer à intégrer la pratique de l’UX dans nos métiers. Ce sujet qui nous intéresse depuis plusieurs années déjà, n’est pas toujours simple à mettre en place. Sauter le pas de la bonne pratique de la démarche UX n’est alors pas toujours évident. Cependant, aujourd’hui, de plus en plus de projets que nous abordons avec Mobizel et qui le permettent, sont englobés dans cette démarche centrée sur l’utilisateur final. Aussi, nous ne nous contentons pas de faire des wireframes avant de faire les maquettes graphiques. Que cela se passe au travers d’enquêtes utilisateurs, de tests utilisateurs ou de brainstorming par exemple. Nous sommes convaincus que les projets menés avec en ligne de mire l’utilisateur final sont les projets les plus aboutis et les plus qualitatifs.

 

stephanie_pierre
 
 
Crédit photo : Stéphanie Pierre

Partagez cet article :

Continue Reading ·

Du logiciel au matériel, comment déployer une solution mobile B2B professionnelle ?

FAMOCO

Concevoir une solution mobile B2B nécessite de s’interroger sur le développement de l’interface souhaitée : ergonomie, technologies, fonctionnalités, etc. Mais ce n’est pas tout ! Il faut également envisager le matériel sur lequel déployer votre service.

Vous pouvez concevoir une solution téléchargeable sur smartphone et la mettre à disposition sur les stores d’applications mobiles (Play Store, App Store, Windows Phone Store). Mais il peut s’avérer judicieux de s’équiper de terminaux spécifiques, 100% adaptés et dédiés à l’usage et à l’environnement que vous souhaitez leur assigner.

Alors quels sont les avantages d’un terminal dédié pour une application métier et quelles sont nos recommandations ? Voyons cela ensemble…

 

Maîtriser le terminal du développement à l’usage

1 Mises à jour simplifiées et contrôlées à distance

FAMOCO 2

Une partie du développement d’un service mobile (app ou webapp) consiste à s’assurer qu’il soit adapté à de nombreux systèmes d’exploitations, navigateurs, tailles et résolution d’écrans. Mais pour certains OS et navigateurs, les mises à jour doivent être faites manuellement par les utilisateurs. Cela implique qu’ils n’utilisent pas forcément la dernière version de votre service et hormis quelques rappels et notifications, vous ne pourrez rien faire pour cela.

Dans le cas d’un service mobile B2B, cela pose un problème. Pour des raisons de productivité et de gestion, vous avez tout intérêt à vous assurer que vos collaborateurs soient à jour et utilisent votre service dans les meilleures conditions.

Une solution simple est d’équiper vos usagers avec un terminal identique pouvant être géré à distance. Non seulement votre développement sera facilité (car dédié à un seul appareil) mais vous pourrez également gérer votre parc de terminaux à distance pour les mettre à jour, leur faire parvenir des informations et corriger des bugs.

 

2. Smartphone grand-public VS terminal professionnel

Une fois votre logiciel développé, il vous faudra équiper vos agents. Force est de constater qu’il n’est pas toujours évident de leur confier des mobiles grand-public car ils peuvent être détournés à d’autres fins : communications personnelles, accès à internet, usage des réseaux sociaux, jeux, etc. Ces activités annexes sont très consommatrices en data et réduisent rapidement le niveau de batterie, ne permettant pas toujours de tenir toute une journée de travail.

De même, les smartphones peuvent être volés sur le terrain engendrant de fait un climat d’insécurité et parfois de la violence… Les terminaux dédiés peuvent permettre d’éviter cela, car ils ne peuvent pas être détournés de leur usage professionnel et ne peuvent pas être revendu. Que feriez-vous d’un appareil SNCF pour contrôler les billets par exemple ?

Enfin ces terminaux ont souvent des boîtiers durcis, c’est-à-dire conçus pour être adaptés aux conditions de travail sur le terrain : résistance aux chutes, aux intempéries, aux manipulations, etc. Ils apportent un meilleur confort d’usage et une plus grande durabilité.

 

2/ FAMOCO, concepteur de terminaux mobiles Android professionnels NFC

Cela fait maintenant un an que nous conseillons à nos clients souhaitant réaliser une application métier de maîtriser aussi bien le logiciel que le matériel de leur solution. Pour cela, nous échangeons et travaillons depuis 2015 avec la société FAMOCO, concepteur de terminaux mobiles professionnels NFC sécurisés fonctionnant sous Android.

Ils proposent des appareils Android :

  • flexibles pour lesquels il est facile de développer
  • et sécurisés avec des applications dédiés. Concrètement, il est possible d’installer et de naviguer entre plusieurs applications sur ces terminaux, mais les utilisateurs ne peuvent ni accéder à d’autres contenus ni les modifier ou les désinstaller.

Tout se fait à distance via une plateforme de gestion à partir de laquelle les administrateurs peuvent activer ou désactiver des fonctionnalités (comme le WIFI par exemple) et des applications.

Ensemble, nous avons accompagné notre client Loisirs Pluriel par exemple dans la conception et le déploiement d’un système d’émargement mobile online et off-line, intuitif et fiable pour plus de 20 centres de loisirs (en partenariat avec la société Novelios). Nous travaillons également sur d’autres projets ambitieux, autour du paiement sans contact et de solutions de suivis par carte NFC.

Nous recommandons régulièrement les solutions de FAMOCO à nos clients concernés car elles sont fiables, performantes et sécurisées. En terme d’expérience, nous commençons à avoir une bonne connaissance de leurs produits et nous pouvons réaliser des applications Android parfaitement adaptées à leur taille et exploitant toutes les fonctionnalités natives nécessaires.

 

Si vous êtes intéressés par une application métier ou si vous vous posez des questions sur le choix du terminal le plus adapté, n’hésitez pas à nous contacter nous ou FAMOCO, nous serons heureux de répondre à vos questions.

Vous pouvez également venir nous rencontrer au Salon Mobility For Business les 8 et 9 novembre 2016 où FAMOCO nous a invité sur leur stand.

 

Partagez cet article :

 

Continue Reading ·

On y était et c’était bien ! De retour du FLUPA UX Days 2016

flupa ux day 2016

Pour la 3e année consécutive nous nous sommes rendu aux FLUPA UX Days à Paris, l’un des principaux évènement français et luxembourgeois dédié à l’UX (eXpérience Utilisateur). L’évènement a duré deux jours. Le 16 juin tout d’abord avec une journée d’ateliers à la Web School Factory suivie d’une une journée de conférences le 17 juin dans la sublime Cité Universitaire de Paris.
Ces deux journées furent l’opportunité idéale de perfectionner notre approche des interfaces centrées sur l’utilisateur·trice· final·e·. Nous avons également eu le plaisir de retrouver un grand nombre de professionnel·le·s de l’UX (doctorant·e·s, UI designers, consultant·e·s, chercheur·se·s, products designers…) et de discuter de nos métiers variés et complémentaires.

 

L’édition 2016 en chiffres

Équipe Flupa ux days 2016

450

Au total, ce sont plus de 450 personnes qui ont participé à l’événement. Un record pour FLUPA UX Days.

 

5

2016 était la 5e édition du FLUPA UX Days. Vu les sourires que nous avons croisés tout au long de l’événement, ce n’est qu’un début !

2

Cela fait 2 ans que nous faisons partie du staff de FLUPA, par l’intermédiaire de Damien LEGENDRE, designer à Mobizel. C’était, cette année encore, un vrai plaisir de participer à cette aventure riche et stimulante.

Beaucoup

Beaucoup, c’est à peu de choses près le nombre de personnes géniales rencontrées pendant ces deux journées !

 

Une première journée d’ateliers, pour se frotter à la pratique

Nous avons débuté cette édition par une journée d’ateliers, divisée en 4 sessions de 1 h 30 chacune. Deux d’entre eux nous ont particulièrement marqués, en voici notre bilan.

Le premier abordait les “Personas” et était animé par Dominique DECOTTER et Laure ANDRIVOT de Aktan. Nous y avons conçu, à partir de données réelles issues du terrain, des fiches de Personas. “Persona” est un terme latin qui désigne le “masque” des acteurs. Nous avons donc créé des fiches d’identité d’utilisateurs type de notre service.
Grâce à ce travail de synthèse de données, il est plus facile pour l’équipe en charge du projet de visualiser le type d’utilisateurs qu’il cible. Cela a un impact bénéfique sur un grand nombre de choix liés à l’interface à réaliser ! Le pratiquer en groupe dans cet atelier nous a permis de confronter les méthodes de conception de ces utilisateur·trice·s… pas si fictif·ve·s que ça.

atelier persona flupaatelier persona flupa 2

Un autre atelier à lui aussi attisé notre curiosité en fin de journée. Andrès LUCERO, professeur de design d’interaction à l’université au Danemark nous a appris à partir des “PLEX Cards” à booster notre créativité. Sous forme de brainstorming, c’est un jeu permettant de proposer beaucoup d’idées en un minimum de temps ! En mode “scénario”, cette fois, ces cartes nous aident à générer des idées un peu plus poussées, tout en étant rapide. Sous forme de cartes minimalistes illustrant des états comme la détente, l’exploration, la cruauté, la camaraderie ou encore l’humour par exemples, ces cartes permettent de faire naître des idées sur un projet. Si jamais vous voulez tester le jeu passez au bureau, nous en avons récupéré un ! (Et on vous offre le café).

atelier plex2 flupaatelier plex 2 flupa

 

Des conférences enrichissantes dans un cadre sublime

Carine Lallemand
Au cours de la seconde journée, une vingtaine d’orateur·trice·s se sont succédé·e·s dans les deux belles salles de la Cité Universitaire de Paris. Un grand nombre de sujets fascinants se sont enchaînés. Voici nos coups de coeur :

Nabil Thalman
Nabil Thalman est un habitué des conférences, il l’avait déjà démontré pour la première édition de UX Rennes en novembre 2015. Il est cette fois intervenu à FLUPA pour nous partager, au travers de ses expériences personnelles avec Personae User Lab, comment identifier et lever les leviers d’engagement du client. Nabil nous démontre qu’une fois expérimentée par ses clients, la démarche centrée utilisateur fait ses preuves ! Les résultats chiffrés du terrain apportent des informations concrètes pour la conception à venir. Et ça fait mouche !

 

Nicolas Samir C’était sa toute première fois en conférence, mais Nicolas Samir de Fivory nous a régalé avec sa présentation du “Lean UX”. Ce sympathique UX designer et ancien développeur nous a expliqué à travers un exemple de projet de cartes de fidélité, comment la prise en compte de l’utilisateur était déterminante pour le bien du projet. Dresser des hypothèses et les tester avec de vrai·e·s utilisateur·trice·s est la clé de la réussite. Avec assez d’humilité pour accepter les échecs, on peut améliorer son prototype et se diriger vers un résultat qui fonctionne. En somme, la valeur du produit que l’on conçoit ne réside pas dans du “waouh” ou des fioritures par centaines, mais bien dans sa capacité à résoudre le problème identifié des utilisateur·trice·s finaux·les·.

 

Carine LallemandSacrée Carine Lallemand ! Au pied levé la pétillante chercheuse à l’Université du Luxembourg a remplacé une oratrice absente de dernière minute. Et bien, l’audience n’a pas été déçue. Elle a pu nous parler de son sujet de prédilection : les méthodes de design UX. Faisant écho à l’ouvrage qu’elle a co-écrit avec Guillaume Gronier sur le sujet, Carine nous a parlé du métier de designer UX. Ce métier qui rassemble des profils différents comme des graphistes, des ergonomes ou des psychologues par exemple a une finalité unique : la création d’expériences. Que ce soit pour évaluer l’UX ou travailler le design émotionnel, un grand nombre d’outils et méthodes existent. Elle nous en a présenté quelques uns comme les Method cards et PLEX cards notamment. Découvrez leur ouvrage pour aller (beaucoup) plus loin à ce sujet.

 

Quentin Bouissou
Enfin, Quentin Bouissou nous a parlé de ces fameuses “invisibles apps” dont on entend si souvent parler. Mais une Invisible app qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ? Ce sont des applications qui ne détiennent pas d’interfaces propres, par exemple des IA (Inteligence Artificielle) de messagerie comme les chatbots (c’est le cas avec le slackbot de Slack par exemple). Leur rôle est de délivrer rapidement et au bon moment le service attendu. Elle ne nécessitent en général pas de création de compte supplémentaire. Tout cela réduit la charge cognitive et les rend très faciles à utiliser.

 

Cette année encore, on a adoré aller au FLUPA UX Days

Encore une fois nous rentrons de ces UX Days la tête pleine d’apprentissages et de bons moments. Merci encore à toute l’équipe de FLUPA de mettre en place ce superbe évènement. On se revoir dans un an ?

Revivez-le un tout petit peu avec quelques tweets :

 

Partagez cet article :

 

Continue Reading ·

Avez-vous bougé vos codes à TEDxRennes 2016 ?

TEDxRennes 2016
Pour la troisième année consécutive nous étions partenaires de TEDxRennes qui a eu lieu au Parc Expo le 4 juin 2016. Pour cette 5e édition de l’événement, nous avons de nouveau tenu un atelier innovant. Une partie de l’équipe est venue applaudir (entres autres) Antonin Le Mée, architecte logiciel à Mobizel depuis 5 ans, que nous avons eu plaisir à voir sur le rond rouge des conférencier·e·s TEDxRennes. Retour sur cet événement qui nous a enchanté·e·s, enrichi·e·s, sensibilisé·e·s, instruit·e·s, fait rire, réagir et bien sûr : bouger nos codes !

 

Les intervenant·e·s de TEDxRennes2016

Si vous ne connaissez pas les événements TED, TEDx et plus particulièrement TEDxRennes, il s’agit d’un ensemble de conférences de moins de 18 min, sur des thématiques très variées qui ont pour simple objectif… de changer le monde ! Rien que ça. Dix-huit minutes pendant lesquelles la parole est donnée à une personne, un·e professionnel·le, un·e artiste, un·e chercheur·se, un·e professeur·e, quelqu’un comme vous et moi afin qu’il nous partage une idée qui peut changer le monde ; ou du moins améliorer notre quotidien. Pour cela, il nous partage sa vision, son expérience, sa passion, ses convictions pour nous faire réfléchir, réagir et même grandir.

Cette année, TEDxRennes nous a proposé onze intervenant·e·s sur des thématiques diverses telles que la police scientifique de demain, l’excision, la langue des signes pour les bébés, les neurosciences, la robotique ou encore le bonheur (avec l’apparition surprise de Jérôme Bonaldi !).

Voici le top cinq des conférences qui ont le plus marqué Mobizel

jocelyn landoysJOCELYN LANDOYS
Nous avons fait une quasi unanimité sur la conférence de Jocelyn Landoys. Victime d’un grave accident à 23 ans, il frôle le pire et se voit contraint de passer le reste de sa vie dans un fauteuil roulant. Pour la seconde fois sur le rond rouge de TEDxRennes, après avoir remporté le tremplin en décembre dernier, il nous raconte comment il s’est “relevé debout” et est devenu un véritable “globe-roller”, parcourant le monde avec son fauteuil et sa joie de vivre retrouvée. Il découvre alors qu’il n’est pas toujours facile de voyager en fauteuil et se lance dans un projet pour contribuer à améliorer le tourisme accessible.

ezraEZRA
Ezra ne savait pas ce qu’il voulait faire quand il serait grand… Il est devenu directeur artistique, musicien, beatboxer, maker et passionné. Il nous a fasciné·e·s avec son gant connecté permettant de faire du beatbox augmenté, son histoire, ses projets artistiques, connectés et poétiques.

 

patrick dugoisPATRICK DUGOIS
Nous avons été bouleversé·e·s par le témoignage de Patrick Dugois sur la dureté de son enfance et comment, aidé par ce qu’il appellera ensuite ses tuteurs de résilience. Il s’est relevé et a trouvé l’énergie de rebondir et de devenir aujourd’hui sociologue, coach, écrivain et responsable de formation. Surtout, il nous a partagé un peu de sa force avec un message encourageant et humain : nous avons tou·te·s en nous cette capacité de résilience nous permettant de nous relever face à l’adversité. Il est même probable que nous soyons/serons nous-mêmes le tuteur de résilience de quelqu’un… “Il raconte ce qui lie les humains et ça ne peut que nous parler à tou·te·s.” (Antonin).

pascale toscaniPASCALE TOSCANI
“Il faut arrêter de penser qu’en ce qui concerne l’intelligence tout est joué avant six ans” a martelé Pascale Toscani. Spécialisée en neurosciences éducatives, elle explique que l’intelligence, la mémoire et la concentration évoluent en permanence, s’adaptant à l’environnement. On parle de plasticité cérébrale. Les enfants ne doivent pas être découragés par leur entourage et par leurs enseignants, même s’ils ont besoin d’un peu plus de temps. Tout le monde, à tout âge, peut développer son potentiel intellectuel ! Un véritable message d’espoir.

jean-gabriel chelalaJEAN-GABRIEL CHELALA
La devise de Jean-Gabriel Chelala aurait fait une parfaite baseline du thème de cette édition de TEDxRennes : “Impossible ? Impensable !”. Cet aventurier et entrepreneur a pris la parole pour nous raconter son goût du défi et de l’aventure. Gravir des montagnes, faire le tour du monde, lancer une entreprise, partir dans des aventures pour lesquelles il n’avait pas ou peu de compétences… À chaque doute émis par un proche, son envie de se challenger est toujours plus forte ! Pour réaliser ses nombreux rêves, il nous raconte comment il a parfois dû renoncer tout près du but et comment il avance petite tâche par petite tâche pour atteindre un objectif parfois plus grand que soi. “Une vraie bouffée de liberté et de motivation” (Camille).

 

antonin le mée

Et nous sommes super fièr·e·s d’avoir pu voir, applaudir et soutenir la conférence d’Antonin Le Mée, porte-parole national de la Fédération LGBT qui nous a offert un talk sur la binarité des normes de genre et de sexe. Merci pour ce partage !

 

Notre atelier innovant sur les chatbots

atelier chatbot tedxrennes 2016 mobizel
Crédit photo : TEDxRennes

Depuis trois ans, nous sommes partenaires de cet événement qui prône des valeurs humaines, de partage, d’enrichissement et… d’innovation ! Chaque année, en parallèle des conférences TEDxRennes, propose aux participant·e·s un immense espace d’ateliers participatifs et ludiques. L’objectif : faire des spectateurs des acteurs, leur faire vivre des expériences innovantes ou émotionnelles qu’ils ne pourraient pas (a)voir ailleurs : faire voler un drône par la pensée, se promener sur Mars en 3D, faire un selfie avec une banane, surfer sur le web (au sens propre !), etc.

Cette année, nous avons souhaité proposer au public de TEDxRennes de découvrir ce qu’est un bot (ou chatbot), comment cette technologie fonctionne et comment alimenter son intelligence artificielle par la discussion naturelle. Pour cela nous avons créé TEDy ! C’est un bot dédié à TEDxRennes pour répondre à toutes les questions que les participant·e·s pouvaient se poser sur l’événement : où se trouve le bar, quelle sera la prochaine conférence, qui sont Betty Soret et Germaine Murzeau Cobetto, etc.

Pourquoi ce choix ? Parce que nous observons que les interfaces conversationnelles pourraient avoir un véritable impact sur le marché du numérique. Certains vont jusqu’à prédire la fin des applications mobiles au profit des “chatbots” (voici par exemple exemple deux articles du huffingtonpost et de medium.com). Plus besoin de naviguer avec des boutons ou une souris, il suffit d’échanger (oralement ou à l’écrit), de façon toute à fait naturelle, avec une interface qui va analyser la sémantique de vos phrases et enrichir de façon autonome sa base de données de réponses pour vous faire accéder au service recherché ! C’est une véritable avancée technologique que nous avons souhaité tester et confronter au regard averti et curieux du public de TEDxRennes.

Le “chatbot” TEDy a bien fonctionné. Il était interrogé par les réseaux sociaux Facetts, Twitter, Facebook Messenger et Telegram. Tout au long de la journée, nous l’avons enrichi de connaissances pour en faire une intelligence collective grâce aux échanges avec le public. Ce fut très interactif et cela nous a permis de connaître l’intérêt des visiteurs sur ce sujet et d’envisager les applications potentielles de cette technologie.
“Un visiteur m’a demandé si on pouvait lui apprendre, par exemple, tout le droit du travail pour être en mesure de l’interroger en interne par les collaborateurs dans un cabinet juridique ou comptable? Ce serait tout à fait faisable !” (Yannick)

 

En savoir plus sur les ateliers 2016 avec ce documentaire consacré aux ateliers TEDxRennes 2016 réalisé par L’Œil de la Com :

 

Encore une belle édition de TEDxRennes

team_mobizel_tedxrennes

Cette année encore, merci à l’association Bretagne ID Large et ses 100 bénévoles qui organisent le TEDxRennes depuis 5 ans. Ce sont 1200 personnes qui sont venues assister aux conférences et parcourir le playground des ateliers, un bel événement que nous aimons soutenir et que nous attendons d’ores et déjà pour 2017.

Retrouvez toutes les vidéos des talks de cette édition à la fin du mois de juin

 

Partagez cet article :

 

Continue Reading ·

Rebond 35, une main tendue aux dirigeants en souffrance

rebond 35
Rebond 35 est une association créée par des chefs d’entreprise du bassin rennais qui a pour but de lutter contre le suicide des dirigeants. Elle est présidée par Denis Pinault (PDG de Traiteur de Paris) et compte aujourd’hui 45 membres actifs.Leur mission : venir en aide aux dirigeants qui peinent à surmonter des difficultés économiques, un surmenage, un dépôt de bilan, etc. Des épreuves qui peuvent parfois conduire au découragement, à la dépression, à l’isolation… voire au pire.
C’est ce que Rebond 35 cherche à tout prix à éviter. Leurs moyens : un numéro d’urgence, des membres à l’écoute, disponibles et bienveillants et un réseau de psychothérapeutes partenaires (l’association prend en charge les 10 premières séances lors de cas extrêmes).Pour financer ce soutien, Rebond 35 collecte des dons et accueille de nouveaux membres. Sensible à problématique, Mobizel est membre de l’association et Yannick Le Duc, fondateur de Mobizel, fait partie du Bureau de Rebond 35.
En effet, très investis auprès des startups pour les aider à lancer leur projet, nous sommes témoins et conscients des difficultés qui peuvent parfois être engendrées par l’entreprenariat.

Numéro d’urgence : 06 68 50 36 32
Soutenir et/ou adhérer à Rebond 35 : contact[@]rebond35.org
Site web : rebond35.org

Sources :

 

Partagez cet article :

 

Continue Reading ·

Qu’est-ce qu’un contrat de maintenance pour une application mobile ?

contrat de maintenance

Une fois votre application web ou application mobile développée et publiée, ce n’est pas terminé ! Il est ensuite fortement conseillé de la “maintenir” pour apporter d’éventuelles corrections, anticiper des améliorations et veiller à ce qu’elle reste performante dans le temps.

Qu’est-ce qu’un process de maintenance et quelles variantes peut-il avoir ? On vous explique tout ça.

 

Garantie vs maintenance

Après la conception de projet, la définition de l’architecture logicielle, le design UX/UI et la réalisation technique, votre application peut être publiée sur les stores. Il peut alors être mis en place un processus de maintenance avec votre prestataire, à ne pas confondre avec la période de garantie.

La période de garantie

Il s’agit d’une période pendant laquelle le prestataire s’engage à corriger l’ensemble des anomalies que le client portera à sa connaissance. Ces corrections doivent correspondre au cahier des charges initial du projet. Si une demande sort du cadre de celui-ci, il s’agit alors d’une demande d’évolution et non plus une correction et nécessite alors une estimation commerciale. Pour faire ces corrections, les deux parties mettent en place un process de remontée des bugs relevés et une priorisation de résolution de ces derniers en fonction de leur gravité.

Le contrat de maintenance

À ne pas confondre avec une “extension de garantie”, il s’agit d’un contrat à part entière qui peut être signé avec le prestataire qui a développé l’application ou un autre organisme (on parle alors d’un contrat de Tierce Maintenance).
La maintenance peut avoir deux rôles :

    • corriger des anomalies découvertes au-delà de la période de garantie. On parle alors de maintenance corrective
    • mettre à jour l’application pour l’ajuster à l’évolution des technologies, lui ajouter de nouvelles fonctionnalités, rafraîchir le graphisme ou améliorer son ergonomie par exemple. On parle alors de maintenance évolutive

Il est également possible de faire réaliser la maintenance corrective et évolutive par deux prestataires différents (par exemple une équipe interne pour la maintenance corrective ou des technologies).

Attention, dès le début du projet, il est indispensable d’anticiper le coût de maintenance de votre application mobile pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

 

Pourquoi établir un process ?

L’intérêt de réaliser la maintenance d’une interface dans le cadre d’un process de maintenance est de simplifier les échanges et éviter les aller-retours permanents entre les demandes client et le service commercial ; ce qui est particulièrement inadapté à la maintenance corrective puisqu’il faudrait à chaque fois produire un devis, enrichir le cahier des charges initial puis convenir d’un planning… Dans le cas d’une urgence (ce qui arrive souvent) ce process est trop long et peut mettre le client dans une position délicate vis-à-vis de ses utilisateurs/clients.

Pour cela, chaque demande de correction d’anomalie engendre un process précis et efficace : on la fait passer dans une matrice permettant de définir son degré d’urgence et ainsi les délais de correction que le prestataire s’engage à tenir. Par exemple, pour une anomalie bloquante, les délais de correction peuvent être d’un ou de deux jours ouvrés, tandis qu’une anomalie mineure peut être corrigée lors de la prochaine version de l’application.

Ainsi, seules les demandes d’évolutions font l’objet d’une estimation financière et d’une planification. Celles-ci peuvent avoir de nombreux objectifs :

  • mettre à jour l’application avec les dernières technologies : adaptation aux nouvelles versions des systèmes d’exploitation, nouvelles tailles d’écrans, etc.
  • mise en conformité avec de nouvelles règles imposées par les stores
  • adaptation aux nouvelles tendances graphiques ;
  • ajouts de nouvelles fonctionnalités ;
  • etc.

 

Les MobizConseils

Nous vous conseillons de mettre régulièrement à jour votre interface afin qu’elle reste performante et suive l’évolution des usages, mais également pour fidéliser votre communauté d’utilisateurs en leur proposant régulièrement des nouveautés.

En effet, les technologies et les usages évoluent rapidement, ce qui fait que ces nouveaux dispositifs numériques (applications mobile et sites mobiles) ont la particularité de vieillir très vite par rapport à d’autres. Il est donc fortement recommandé de toujours prévoir un budget consacré à la maintenance pour faire face à ce vieillissement si on vise un succès dans le temps.

De même, il faut faire dès le début des choix de technologie assurant la pérennité de votre interface, par exemple en utilisant les outils de développement préconisés par les concepteurs des systèmes d’exploitation mobiles.

 

Articles qui pourraient vous intéresser :

 

Partagez cet article :

 

Continue Reading ·

Maison Mix #2 : 3 jours de prototypage créatif

C’est parti pour la seconde session de Maison Mix !

Maison Mix Mobizel

Du 28 au 30 avril 2016 à la Maison des Associations de Rennes, ce sont 3 jours pendant lesquels 6 équipes vont tenter de concevoir et produire un prototype sur le thème de la maison connectée et répondant à la problématique “bien vieillir à domicile”.

Un événement organisé par l’association Bug, le Labfab de Rennes, Rennes Métropole, le Pôle Images et Réseaux, Orange et la French Tech Rennes Saint Malo et en partenariat avec avec le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine

L’événement s’adresse à celles et ceux qui souhaitent se lancer le challenge de concevoir un prototype fonctionnel, qui a du sens, en équipe et en moins de trois jours ; qu’ils soient passionnés, curieux ou professionnels, les participants se sont inscrits sous différents profils (experts en bâtiment, développeurs, designers, communicants, etc.) pour constituer des équipes complémentaires et se sont vu proposer un programme riche, rythmé et caféiné pour les guider vers cet objectif !

salle ressources Maison Mix

Pendant ces trois jours, de nombreuses ressources humaines et technologiques sont à leur disposition. Cette année, Richard est à nouveau présent avec son fidèle robot Nao, des LEDs connectées, des capteurs et composants compatibles Arduino (entre autres !) pour aider les équipes à concevoir leurs prototypes. Il est accompagné d’Amandine et Jérémie, développeurs Android en stage à Mobizel.

 

Les projets

pitchs projets Maison Mix
Après une première journée de brainstorming dédiée à la définition des usages, voici les 6 projets en cours de développement :

1/ Le jardin d’Huguette

Il s’agit d’un jardin mobile et connecté permettant à ses utilisateurs de s’occuper quotidiennement de quelque chose à la fois de vivant et sensible pour leur apporter un projet, du sens et de l’utilité. Mobile, il peut être apporté dans une serre commune pour créer du lien social. Il est également adaptable aux troubles et aux fragilités de son utilisateur pour l’aider en douceur à entretenir son jardin à l’aide de repères non stigmatisant.

2/ Voisy

Voisy est un service de voisinage toutes générations confondues qui vise à créer une communauté entre voisins pour se rencontrer, entretenir du lien social et partager des services et des activités ensemble. Voisy se matérialise en une box présente dans chaque habitat et d’un VoisyBoard commun permettant de communiquer en temps réel à toute la communauté en étant, par exemple, situé dans le hall d’un immeuble.

3/ La boîte aux lettres connectée

Décidément, la boîte aux lettres est une véritable source d’inspiration ! Cette année encore une équipe propose de rendre cet objet interactif vis-à-vis des personnes âges ou en situation de fragilité en leur apportant de l’information au quotidien même s’il n’y a pas de courrier papier à ouvrir. Cette idée est partie du constat que les personnes agées ne se rendent pas aux nombreuses formations qui leur sont proposées car elles ne connaissent pas les formateurs alors que le facteur est une personne de confiance.

4/ Talents Croisés

C’est un projet visant à valoriser les compétences des seniors et de rompre leur isolement en leur proposant de transmettre leurs savoirs et de continuer à découvrir de nouvelles activités au travers d’une plate-forme communautaire. Celle-ci se base sur un réseau local existant et sera simplifié pour en faciliter l’usage. Talents Croisés se matérialise également sous forme d’un petit boîtier notifiant des nouveautés sur la plate-forme et permettant de manifester son intérêt pour certaines propositions. Son but : maintenir la curiosité en éveil.

5/ N’hésitez plus, rêvez

Il s’agit d’un projet visant à encourager les seniors à explorer de nouvelles activités, de nouvelles compétences et à réaliser leurs rêves. Il combine trois éléments :
Une plate-forme : de recueil, d’échange et de publication d’envies pour permettre de rassembler une communauté de personnes qui ont un projet commun pour qu’ils le réalisent ensemble ;
Un service d’aide à la réalisation : pour intégrer dans la communauté (si besoin) un service médical ou entrer en contact avec les hôpitaux locaux dans le cas d’un voyage par exemple.
Un objet connecté : présent à domicile pour informer des idées, pour partager, pour voter et pour se déclarer intéressé par un projet.

6/ Et le petit dernier…

Enfin, un groupe particulièrement créatif n’est pas parvenu à se décider parmi les centaines d’idées soulevées et travaillées dans la journée. Ils se sont donné une journée supplémentaire pour parvenir à converger vers un projet commun qui les anime pour la suite de Maison Mix. En fin de soirée, le projet s’orientait vers des pantoufles connectées et lumineuses …

Bonne chance à ces 6 équipes pour la suite du hackathon !

 

Partagez cet article :

 

Continue Reading ·