5 phrases à bannir de tout projet d’application mobile

Stop - Phrases à ne pas dire

1. « Il faudrait JUSTE réaliser ce point »

“Juste” semble être un mot anodin et pourtant… Trop souvent entendu dans la bouche d’un chef de projet, d’un commercial ou d’un client, cette phrase peut rendre fou n’importe quel développeur.

Le problème : le développeur aura l’impression que vous minimisez le travail à fournir pour le développement de cette fonctionnalité.

Notre conseil : bannissez simplement le mot “juste” de votre vocabulaire, ce qui donnera “Il reste ça à faire” plutôt que “Il reste JUSTE ça à faire”

2. « Il faut que l’on ajoute cette dernière fonctionnalité »

Il y aura toujours une dernière fonctionnalité à ajouter. Quand il y en a une, en général ça va, le problème c’est quand il y en a beaucoup !

Le problème : ajouter des fonctionnalités retarde d’autant la sortie de l’application. Le risque est même de ne jamais voir sortir votre application.

Notre conseil : listez toutes les nouvelles fonctionnalités auxquelles vous pensez, mais gardez les simplement pour la version 2. Si cette fonctionnalité n’était pas dans votre cahier des charges initial, c’est qu’elle n’a rien à faire dans votre MVP (Minimum Value Product). Privilégiez une première publication rapide et qualitative.

3. « Ce n’est pas réalisable »

On a parfois de quoi être déboussolé : d’un côté, on vous dit que rien n’est impossible techniquement (ou presque) et de l’autre, votre développeur vous dit que ce n’est pas faisable. Rassurez-vous personne ne vous ment, simplement, la vérité est ailleurs !

Le problème : il y a un décalage entre ce qui est demandé, ce qui est compris, et ce qui est répondu. En réalité, ce n’est pas réalisable dans le contexte projet actuel, qui comprend un budget et des deadlines.

Notre conseil : il est parfois utile (voire indispensable) d’utiliser un traducteur entre l’équipe technique et le porteur de projet. Cette carte joker se nomme “chef de projet “ou “chargé de clientèle”. Il trouvera avec vous le meilleur compromis entre planning, fonctionnalités et budget.

4. « Pas besoin de tests utilisateurs, je connais déjà mes clients »

Après des années d’expérience dans un secteur ou une entreprise, on connaît très bien son sujet. Pourtant, on a toujours des choses à apprendre – beaucoup de choses – de ses utilisateurs que l’on soit expert mobile, ergonome, consultant ou chef d’entreprise.

Le problème : pré-supposer, c’est souvent se tromper ! Quoi de pire que de développer une application qui ne serait pas utilisée par vos clients ?

Notre conseil : faites des tests utilisateurs pour répondre aux besoins de vos utilisateurs, même à petit échelle. 5 tests utilisateurs de 30 minutes permettront de détecter 80% des problèmes (Etudes Nielsen).

5. « L’application doit être sur les stores dans 5 jours, on lance la com’ nationale »

Il est vrai que les projets informatiques subissent le même sort que la construction d’une maison. Globalement, il y a toujours du retard ! Pour autant, la priorité doit toujours rester l’utilisateur et sa future expérience, désolé pour le service communication.

Le problème : cela annonce sans nul doute des développeurs pressés, une phase de recette expédiée, une application buguée et des avis clients désastreux. Bref, un lancement raté !

Notre conseil : mieux vaut ne pas prévoir un plan de communication dès la mise en ligne de l’application. En prévoyant une phase de pré-lancement, vous pourrez pallier au problème de retard, régler des bugs, et même faire tester à vos ambassadeurs en exclusivité.