Un iPhone pour Mme Michu ?

Plus de 300 000 applications sont aujourd’hui disponibles sur l’App Store. Ce chiffre ne cesse de croitre de mois en mois. Le marché des applications mobiles se porte bien.

Pour développer une application iPhone, Apple impose certaines règles. Des contraintes qui uniformisent l’ossature des applications. Ainsi, en tant qu’utilisateurs, vous retrouverez, quelque soit l’application mobile, des composants similaires. Au-delà de cette homogénéisation structurelle, les applications sont personnalisées en fonction du besoin de chacun.

Observations

Depuis quelques temps nous observons une tendance qui se dessine en matière d’ergonomie.  Voici 4 captures d’écrans qui le montrent :

Screenshot de l'application iPhone La Chaine MétéoScreenshot de l'application iPhone Google

Screenshot de l'application iPhone PlyceScreenshot de l'application iPhone RATP

Voyez-vous un point commun entre toutes ces captures d’écrans ?

Non ? Observez bien.

Écran 1 : mise en avant de la notification, c’est-à-dire d’une nouveauté. Dans « Mes favoris » et dans « Alertes », vous avez la possibilité de paramétrer la réception de nouvelles informations. Le petit cercle rouge vous indiquera visuellement s’il y en a.

Écran 2 : en cliquant sur chaque point d’interrogation, vous accédez  à un contenu informatif. Quand vous naviguerez dans l’application vous connaîtrez l’utilité de chaque fonctionnalité.

Écran 3 : le bouton d’action « Ajouter » est bien mis en valeur. Un court message indique sa fonction puis un tutoriel synthétique explique les étapes à suivre une fois que vous  avez  cliqué dessus.

Écran 4 : Un message vous indique sur quel bouton il faut  appuyer pour mettre en favori une recherche préalablement effectuée.

Des graphismes ou des messages d’informations à vocation pédagogique vous accompagnent  dans l’utilisation de l’application.

Pourquoi cette tendance se dégage-t-elle ?

Cycle de vie des smartphones d’Apple

Cycle de vie des iPhone d'AppleLa firme de Cupertino a depuis 2007 lancé plusieurs iPhone sur le marché. L’iPhone 3G est en phase de déclin, dépassé par des terminaux plus performants. Il n’est d’ailleurs plus vendu dans les différentes boutiques des opérateurs. Pour s’en procurer un aujourd’hui, il reste le marché de l’occasion. Concernant l’iPhone 3GS, on parle de baisse significative des stocks. Ce smartphone a conquis le marché mais a fait face à une forte concurrence. Les prix ont alors baissé et un smartphone plus performant a fait son apparition sur le marché : l’iPhone 4. Ce dernier est en phase de croissance.

La croissance des différents produits a été dopée par la forte image de marque d’Apple. Aussi, la firme à la pomme a intensifié sa présence (en dur) sur le marché à travers la multiplication de ses Apple Store. Ceux-ci sont dévalisés par les fanboys à chaque sortie de nouveaux produits.

Pour la rentrée 2011, la firme devrait sortir un iPhone 4GS ou 5. Les rumeurs vont bon train.

Le marché du mobile : le cas iPhone

D’après une étude réalisée par ComScore en avril dernier, la part de marché d’Apple sur le territoire français est de 27,9%, soit plus de 4 millions d’utilisateurs.

Les prévisions sont bonnes en matière d’équipement en smartphones dans les prochains mois à venir.

Une baisse des prix

Les français délaissent leurs vieux téléphones mobiles au profit des smartphones, ces mobiles qui permettent de surfer sur Internet avec facilité, de télécharger pléthore d’applications pour tout et rien et qui offrent même la possibilité de téléphoner ou d’envoyer des SMS ! 😉

Le taux d’équipement est en forte croissance. D’après une récente étude Gfk, sur les 5 premiers mois de l’année 2011, il s’est vendu près de 4 millions de smartphones (+80%) alors que la vente de mobile « classique » chute. Fin 2011, le nombre de smartphones devrait dépasser celui des mobiles.

Cette forte croissance des ventes sur un marché concurrentiel ainsi qu’une maturité de certains produits comme l’iPhone 3GS par exemple ont favorisé la baisse des prix des smartphones.

Ainsi, il est aujourd’hui possible d’avoir un mobile dernière génération sans pour se ruiner.

Cet impact sur les prix serait impossible sans l’intervention des opérateurs téléphoniques.

Le rôle des opérateurs téléphoniques

Orange, SFR et Bouygues jouent un rôle dans la croissance des ventes de smartphones. En effet, sans leur intervention, ces mobiles seraient inaccessibles pour une large frange de la population. En subventionnant les terminaux, les opérateurs favorisent les ventes en permettant à plus d’individus d’acquérir un smartphone.

Avec des forfaits « entrée de gamme » (1h ou 2 h de communication, SMS illimités, Internet « illimité », le tout pour une quarantaine d’euros par mois), un iPhone 3GS se vend entre 119€ et 279€, un iPhone 4G entre 219€ et 269€ selon les opérateurs.

Les MVNO (Mobile Virtual Network Operator) ou autrement dit les opérateurs de réseaux mobiles virtuels proposent eux aussi des offres avec des forfaits à partir de 29,90€ par mois (pour 1h de communication, 400 SMS et 500Mo de data) et un iPhone 3GS à 149€, un iPhone 4 à 249€.

Dans cette jungle des forfaits mobiles, il ne faut pas oublier les nouvelles offres quadriple play qui joue un rôle non négligeable dans l’acquisition de terminaux liés à des forfaits mensuels avantageux

Le but ici n’est pas de comparer toutes les offres mobiles existantes mais plutôt de montrer que le prix des terminaux tend à baisser, notamment pour un produit comme l’iPhone 3GS qui est dans sa période de maturité comparé à l’iPhone 4 qui lui est en phase de croissance.

Malgré tout, on dira ce que l’on voudra, l’iPhone reste un terminal couteux mais la force de la marque est telle qu’une bonne partie de la population se l’arrache.

La forte image de marque d’Apple

La marque à la pomme sait communiquer et faire parler d’elle. Ses effets d’annonces, l’icône Steve Jobs, la qualité et le design des produits… font d’Apple une entreprise puissante.

Nous ne sommes même plus étonnés de voir ce genre de scène :

Source : http://www.blogiphone.fr/5542/ouverture-de-lapple-store-nous-y-etions.html

 

Ou encore ceci :

 

10 milliards de téléchargement d'applications sur l'App Store

Apple a su créer une puissante image de marque. Les produits de la firme s’arrachent sur le marché. Les fanboys sont de plus en plus nombreux et malgré les prix des produits, le mass market est également conquis.

Tout cela nous amène à parler de Mme Michu (utilisatrice lambda des nouvelles technologies) qui découvre le monde merveilleux d’Apple.

 

Une mutation des applications iPhone ?

Le marché du mobile connaît de fortes transformations et évolutions. La nature des consommateurs d’iPhone a par conséquent été modifiée.

Au cours du temps, les individus adoptent ou non un produit technologique. Cependant, la nature des groupes d’individus n’est pas homogène ce qui implique des comportements d’adoptions différents.

Courbe d'adoption de l'innovation

Avant d’atteindre le mass market, il y a des étapes à franchir.

Il existe un marché de niche et un marché de masse. Entre les deux se trouve un gouffre qu’un produit peut ne jamais franchir.

  • Dans le marché de niche, nous trouvons deux catégories d’individus : les innovateurs et les early adopters. Ceux-ci vont facilement adopter un produit technologique parce qu’ils aiment la technologie et veulent être les premiers à l’adopter. Les early adopters sont des individus influents, des leaders d’opinion.

Ce sont ces deux catégories d’individus qui ont testé les premiers l’iPhone sur le marché, ce sont eux qui ont montré que la qualité des produits était au rendez-vous. Ils ont donné le feu vert aux groupes d’individus plus frileux qui composent le mass-market.

  • Le mass-market est composé d’individus plus averses au risque. Ces derniers ont besoin de savoir qu’un produit fonctionne avant de l’adopter. Ils souhaitent consommer un bien abouti technologiquement et facile d’utilisation.

L’iPhone a prouvé au fil du temps sa performance tant au niveau technique, qu’ergonomique. Les individus appartenant au mass-market ont donc commencé à l’adopter.

Ces nouveaux mobinautes ont une particularité, ce ne sont pas des technophiles, il faut donc les « éduquer ».

Au début de ce post, nous avons montré le fleurissement d’interfaces d’aides et de composants permettant de guider l’utilisateur dans sa navigation à l’intérieur d’une application mobile. Cette démarche pédagogique vise Mme Michu qui se familiarise avec l’iPhone et commence à se l’approprier. Les applications mettant en avant ces contenus éducatifs sont d’ailleurs des applications « grand public » (Chaine Météo, RATP…etc) susceptibles d’être téléchargées par ces nouveaux consommateurs. Nous retrouvons d’ailleurs souvent en tête des classements des téléchargements sur l’App Store des applications « mass-market » prouvant leur adoption massive.


, , , , ,